Trophée Eric Bompard - 17 au 19 novembre 2006- Paris Bercy

Discipline à haut risque
Couples, programme libre

 

A l’occasion de ce 3ème Trophée Bompard qui, malgré plusieurs forfaits, a réussi à réunir plusieurs pointures des couples artistiques, Esprit Patinage a choisi de zoomer sur cette discipline du patinage réputée si difficile.

Discipline impressionnante et dangereuse, la catégorie des couples artistiques peine à recruter. Présents sur le circuit international depuis 1998, Maria Petrova & Alexei Tikhonov (vainqueur du Trophée Bompard) continuent d’occuper les premières places des classements mondiaux. Ils pensaient s’arrêter après les jeux de Turin, mais la fédération de patinage russe les a sollicités pour quelques mois encore, notamment en vue de l’organisation de la finale du Grand Prix ISU à St-Petersbourg, mi-décembre. Maria & Alexei ont donc accepté de continuer, pour l’amour de la glace et le plaisir du public. Ils souhaitent surtout passer le relais au jeune couple Julia Obertas & Sergei Slavnov (3èmes à Bercy), qui s’entraînent avec eux sous l’égide de Ludmila Velikova. « Nous sommes comme des grands frères pour eux, nous essayons de les conseiller » confie Alexei.
Une solidarité bienvenue pour encourager les couples à persévérer dans cette discipline.

 

Sarah Abitbol, multiple championne de France et médaillée européenne, analyse la discipline pour Esprit Patinage :

Esprit Patinage : Comment expliques-tu que la catégorie des couples artistiques soit celle qui attire le moins de patineurs ?
Sarah Abitbol : Etant donné que c’est la discipline la plus difficile, celle où il y a le plus de risques, nous sommes peu nombreux. Moi, j’étais tombée sur la tête sur un porté. Pour choisir cette discipline, il ne faut pas en avoir peur, il faut être kamikaze et être un peu un « gymnaste sur glace ».

EP : Il y aussi des contraintes physiques ?
SA : Oui, il faut que le garçon soit costaud, 1,80m, 80kg ; et la fille doit mesurer 1,60m grand maximum et peser 43/45 kg.

EP : Aujourd’hui, les patineurs ont donc plutôt tendance à se tourner vers la danse sur glace ?
SA : Oui,… bien qu’en danse sur glace il peut aussi y avoir des accidents, on n’est jamais à l’abri ! En couple artistique, il y a une quinzaine de couples aux championnats d’Europe et une vingtaine aux championnats du Monde ; alors qu’en danse sur glace ou en individuel, ils sont beaucoup plus.

EP : Est-ce que la plus grande médiatisation de la danse peut jouer un rôle dans le choix des jeunes ?
SA : Non, je ne pense pas que ce soit la médiatisation, je pense que c’est plutôt l’aspect dangereux qui freine les jeunes. De plus, au niveau français, il n’y avait pas eu de médailles depuis 1932 en couple artistique. Avec Stéphane Bernadis, nous avons été les premiers, dès 1996, à avoir de nouveau des médailles. Maintenant il est difficile de trouver d’autres couples, mais il y en a beaucoup qui se montent actuellement. Et moi j’y crois, je leur donne confiance et j’essaie de les conseiller de temps en temps.

EP : Le nouveau système de notation a-t-il fait changé la discipline des couples artistiques ?
SA : Oui, ça a changé, ça devient de plus en plus dur techniquement. De ce fait, ça retire beaucoup d’artistique et je trouve ça dommage. Que ce soit en danse ou en couple, c’est pareil, on perd de l’artistique à cause de la technique.

Anne-Claire LETKI

 

Classement du programme libre :
1. Maria PETROVA / Alexei TIKHONOV (RUS) : 112.63
2. Rena INOUE / John BALDWIN ( USA) : 107.29
3. Julia OBERTAS / Sergei SLAVNOV (RUS) : 98.25
4. Elizabeth PUTNAM / Sean WIRTZ (CAN) : 98.23
5. Jiaqi LI / Jiankun XU (CHN) : 83.93
7. Adeline CANAC / Maxima COIA (FRA) : 73.24
8. Mélodie CHATAIGNER / Medhi BOUZZINE (FRA) : 64.49

Classement final :
1. Maria PETROVA / Alexei TIKHONOV (RUS) : 174.27
2. Rena INOUE / John BALDWIN ( USA) : 164.73
3. Julia OBERTAS / Sergei SLAVNOV (RUS) : 153.55
4. Elizabeth PUTNAM / Sean WIRTZ (CAN) : 151.71
5. Jiaqi LI / Jiankun XU (CHN) : 134.95
7. Adeline CANAC / Maxima COIA (FRA) : 117.98
8. Mélodie CHATAIGNER / Medhi BOUZZINE (FRA) : 108.85