"Bris de Glace"


Commentaire de texte...

 

(Avril 2004)

« Bris de Glace », c’est le titre du livre écrit par Jean-Christophe Collin, publié en mars 2004 aux éditions de La Martinière. « Les dessous du patinage », son sous-titre.

En sept mots, J-C Collin résume son propos : des révélations qui se veulent fracassantes à propos des « arrangements » du patinage artistique et de la danse sur glace.

 

Après un bref panorama de la discipline, l’auteur, journaliste à L’Equipe, retrace les diverses affaires du patinage, des championnats d’Europe de 1893 aux Jeux Olympiques de 2002. Puis il détaille le mode d’emploi pour faire un « bon arrangement ». Ensuite, il s’attache à décrire le système français –cette fameuse exception française qui prévaut aussi dans le patinage artistique. Enfin, J-C Collin nous replonge dans les deux affaires des derniers jeux olympiques d’hiver, à savoir les scandales suscités par l’épreuve des couples artistiques et par l’arrestation, quelques mois plus tard, du mafieux russe Alimzhan Tokhtakhounov.

Mais attention, ne vous méprenez pas ! « Bris de Glace » ne donne aucun dénouement à ces deux enquêtes, ce n’est qu’un résumé de faits que l’on connaissait déjà, avec, au préalable, quelques explications sur les obscures techniques de jugement…

Voici tout de même quelques morceaux choisis :

Le patinage, selon Jean-Christophe Collin, ce sont des femmes, des costumes, des histoires d’amour et de jalousies, des références à l’art, du spectacle, de la politique… On se croirait sur un plateau hollywoodien ! Et pourtant, on parle bien d’un sport ! J-C Collin le rappelle in extremis avant de se lancer dans le grand déballage ! :

« C’est le grand paradoxe du patinage. Derrière ce spectacle de carton-pâte avec ces costumes, ces sourires, ces fleurs, cette grâce et cette volupté, derrière ce théâtre des apparences, on découvre une discipline d’une exigence absolue. L’une des plus difficiles qui soient. […] Dans une enceinte glacée, ils enchaînent des heures de labeur. […] Travailler les sauts, tomber encore et encore sur un sol dur et gelé. Se relever, recommencer. »

Nous voici donc perdus dans les sombres coursives des patinoires. J-C Collin, en tête, tente de nous éclairer sur le fonctionnement du système, une torche à la main. Après un petit cours de géopolitique du patinage, le voici brossant le portrait du Président actuel de la fédération, décrivant ses faits et gestes et son « dévouement » à la cause « équipe de France » –autrement dit, son rôle plus qu’actif dans les négociations… :

« La saison 1999 est la première du nouveau président (Didier Gailhaguet). […] Objectif n°1, les titres européens et mondiaux d’Anissina-Peizerat. Tout le monde doit participer. « On se réunissait dans une chambre d’hôtel, raconte Gilles Beyer, Gailhaguet définissait les rôles. […] Chacun avait une tâche précise et devait s’occuper de juges en particulier. » »

Mais rassurez-vous, Candeloro affirme : « Il (Gailhaguet) a fait en sorte qu’on ne mette pas devant moi des mecs qui avaient été moins bons. », et J-C Collin nous évite le malaise en précisant « Aussi puissante que soit une délégation, aussi influente soit-elle, jamais elle ne pourra faire gagner un athlète sans génie ». Ouf ! On commençait à en douter !

Mais pour ceux qui sentent leur température corporelle s’élever à la lecture de ces quelques citations, abstenez-vous de lire ce livre. L’auteur indique d’ailleurs dès les premières pages que chacun « a le droit de préserver son innocence », de continuer à se laisser bercer par de douces illusions…

 

Enfin, et c’est peut-être une leçon à tirer de ce livre, sachons nous lever et applaudir les patineurs qui le méritent. Sans prétention, sans vouloir se substituer aux juges, qui sont professionnels soulignons-le, sachons attribuer les médailles d’or du cœur. Car qu’est-ce qu’une plus belle victoire que celle offerte par un public enthousiaste et ému ?

Anne-Claire