Championnats d'Europe - 17-22 janvier 2006 - Lyon

Affligeant
Libre Danse

Affligeant. Le libre de Navka/Kostomarov fut affligeant. Le résultat de la compétition de danse des championnats d’Europe aussi.
On l’espérait, mais… Non ! La danse sur glace n’a pas changé ! Le système de notation n’est plus le même, mais les résultats restent pourtant toujours aussi incohérents. À moins, sait-on jamais, que la nouvelle notation ait pour objectif de favoriser la mocheté, les programmes fades et inintéressants…
Bref, hier fut une bien triste soirée de compétition. Passant deuxièmes du groupe, Navka/Kostomarov ont exécuté – dans les deux sens du terme – un programme sur le thème ô combien original de Carmen ! Comme toujours, le couple a choisi de mettre en valeur la plastique de Tatiana ; la beauté rapporterait-elle des points sur les cinq composantes ? Puis, ils ont enchaîné des twizzles, quelques pirouettes, portés, petits pas, et encore des twizzles ! Tout cela sans aucune harmonie, ni grâce et encore moins d’émotion. Ennuyant. Ils gagnent l’or.
À la seconde place du podium, on retrouve les ukrainiens Grushina/Goncharov. Eux aussi adorent les petits pas. On leur mettrait des crampons à la place des patins, leur programme n’en changerait pas ! Ils n’avancent pas sur la glace, ne glissent pas.
Puis, à la troisième place du podium, voilà les lituaniens Drobiazko/Vanagas. Ouf ! Enfin de la danse sur glace ! Certes, ils ont été forcés de s’adapter au nouveau règlement, donc d’inclure un certain nombre d’éléments techniques à leur programme comme les fameux twizzles ; mais ils ont su garder ce petit plus qui magnifie leur patinage. Ce couple propose une vraie recherche chorégraphique, et une touche de pureté et d’émotion qui donne le frisson.
Enfin, en quatrième position, les lyonnais Delobel/Schoenfelder sont déçus et satisfaits. Déçus parce qu’on les a privés d’une médaille qu’ils méritaient ; et satisfaits parce qu’ils ont réalisé une bonne fin de compétition.

« On est deuxième de la danse originale, troisième du libre ; la chute du premier jour nous a mis un handicap. On n’a pas réussi à rattraper notre retard. » explique Olivier. Mais ils gardent espoir : « Selon les épreuves, les classements bougent ; les Jeux de Turin ne sont pas joués d’avance ; il y aura de très nombreux couples susceptibles de remporter une médaille » ajoute-t-il. En attendant cette échéance, ils vont travailler la propreté, mais aussi la fiabilité de leur patinage. Aux Jeux, ce couple devrait être accompagné par l’autre paire française, Péchalat/Bourzat, qui termine 11 ème de la compétition. Leur interprétation des Misérables était intéressante, mais quelques erreurs techniques les ont pénalisés.
Hier soir, au Palais des Sports, l’humeur était donc plutôt à la morosité, si ce n’est à l’amertume et à la colère. Le classement a été difficile à digérer, car l’originalité, le travail de recherche artistique, la créativité, que représentent les programmes des lituaniens et des français, n’ont pas été récompensés. Ce sont pourtant les qualités propres de la danse sur glace. Le public, mécontent, a hué de longues minutes les juges et le podium. Une fois de plus, la danse sur glace va faire parler d’elle. Négativement, bien sûr !

 

Anne-Claire LETKI

Classement final :
1. Tatiana NAVKA / Roman KOSTOMAROV (RUS) : 202.32
2. Elena GRUSHINA / Ruslan GONCHAROV (UKR) : 196.73
3. Margarita DROBIAZKO / Povilas VANAGAS (LTU) : 196.18
4. Isabelle DELOBEL / Olivier SCHOENFELDER (FRA) : 194.49
11. Nathalie PECHALAT / Fabian BOURZAT (FRA) : 156.46