Championnats d'Europe - 17-22 janvier 2006 - Lyon

Bronze prometteur ?
Libre Hommes

« La bataille est perdue ce soir, mais il n’y a pas de quoi s’affoler » s’empresse de commenter Didier Gailhaguet, le conseiller de Brian Joubert. Samedi, au terme d’une compétition de haut niveau mais sans grande surprise, Brian Joubert a décroché le bronze derrière Stéphane Lambiel, champion du monde en titre, et Evgeni Plushenko, triple champion du monde. Avec un tel plateau, on ne peut parler de contre-performance, mais chacun espérait que le numéro un français réalise un coup d’éclat et monte sur la deuxième, voire même sur la première marche du podium.
Les espoirs se sont évaporés dès les premières secondes du programme, lorsque Brian a chuté sur son quadruple. Une chute surprenante, car son patin a dérapé une fois la réception du saut terminée. « Ce n’est pas vraiment une chute, c’est un malentendu » dira son entraîneur, Andrei Berezintsev. « Je pense que c’est la volonté de bien faire qui l’a déstabilisé » ajoute-t-il. Pour Didier Gailhaguet, « ce n’est pas un problème psychologique, c’est plutôt physiologique : Brian est un diesel, et à mon avis, il s’échauffe mal. » Quant à lui, Brian n’a pas d’avis sur la question : « Je ne sais pas ce qui s’est passé ; j’étais pourtant confiant ».
À partir de là, Brian a donc fait un rapide calcul dans sa tête : plutôt que de retenter périlleusement un quadruple, il a préféré assurer une combinaison triple-triple. Ce ne fut pas assez pour devancer techniquement ses adversaires. Cependant, la bonne surprise viendrait peut-être des cinq composantes. C’était son point faible.

Or, lors du libre, Brian a obtenu un meilleur total (sur les composantes) que Stéphane Lambiel, réputé pour ses pirouettes et son artistique irréprochable. Le Suisse explique cependant ses erreurs : « Lors de la séquence de pas, je n’étais plus assez concentré ! Il y avait une telle ambiance dans la patinoire ! C’est une expérience formatrice. » Stéphane a par ailleurs tenu à souligner qu’il avait réussi son triple axel, et qu’il n’avait pas de problèmes avec ce saut là – contrairement aux dires des spécialistes…
En attendant les Jeux, Brian Joubert va donc s’atteler à perfectionner et surtout fiabiliser sa technique. « Mes progrès sur les composantes m’enlèvent une pression ; il reste des petits détails à régler… En trois, quatre jours, ce sera bon » affirme-t-il. Brian et son entourage restent sereins. Le jeune poitevin a-t-il finalement emprunté le chemin qui le mènera à une médaille olympique ? Quoi qu’il en soit, son ambition est restée intacte : « L’or est toujours mon objectif » conclue-t-il.

 

Anne-Claire LETKI

Classement final :
1. Evgeni PLUSHENKO (RUS) : 245.33
2. Stéphane LAMBIEL (SUI) : 228.87
3. Brian JOUBERT (FRA) : 222.95
4. Frédéric DAMBIER (FRA) : 200.16
6. Alban PREAUBERT (FRA) : 190.18


Le trio français

Brian Joubert a obtenu l’unique médaille française lors de ces championnats d’Europe. Félicitations. Mais il n’est pas le seul à mériter ces bravos : Frédéric Dambier a terminé 4 ème de la compétition et Alban Préaubert, 6 ème. Une performance remarquable pour l’équipe de France masculine. C’est aussi une belle réponse aux polémiques de la sélection. Alban et Frédéric, soudés par cette affaire, ont montré qu’ils étaient capables de bien faire. Mais Samuel Contesti ne doit pas être oublié ; son début de saison était très prometteur ; lui aussi aurait pu briller à ces championnats. Les supporters, en tout cas, l’ont gardé dans leur cœur : pas moins de cinq banderoles lui étaient dédiées dans la patinoire !

Retrouvez très prochainement les interviews d’Alban Préaubert et de Frédéric Dambier.