Plus de complexité... pour plus de simplicité!

Quelle est donc cette nouvelle notation proposée par l'ISU?

Décembre 2003

Le Grand Prix ISU de cette saison a été l'occasion de découvrir un nouveau système de notation. Un système plus complexe qui doit pourtant simplifier le jugement!... Le paradoxe est-il surmonté?

Avec cette nouvelle notation, le jugement de la performance d'un patineur se découpe en deux parties.

On attribue d'abord une note technique, le "total element score". Pour obtenir cette note, un spécialiste doit au préalable déterminer la valeur technique du programme en se basant sur sa composition (sauts, pirouettes, suite de pas). Il pose ainsi un score théorique de référence. Lors de la compétition, chaque élément est noté relativement (-3, -2, -1, 0, +1, +2, +3) selon la qualité de l'exécution. Au final, le score technique total peut donc être inférieur, égal ou supérieur à la valeur planifiée (théorique).

Vient ensuite un deuxième total : le "program component score". C'est un ensemble de cinq notes qui a pour but d'évaluer... tout ce qui fait du patinage un sport très subjectif! Concrètement, les cinq composantes de ce total sont la qualité du patinage ("SS"), les enchaînements ("TR"), la qualité d'exécution ("PE"), la chorégraphie ("CH") et enfin l'interprétation ("IN"). Ces différents critères sont notés de 1 à 10.

Ces deux totaux sont finalement additionnés, le patineur ayant le nombre de points le plus important gagne bien évidemment la compétition. A noter aussi que sur le panel des neufs juges, les deux plus hautes et les deux plus basses notes sont retirées.

  

Vous l'aurez compris le "total element score" et le "program component score" font écho aux traditionnelles notes techniques et notes artistiques dont la valeur suprême est le fameux 6.0...

Avec ce système de notation, le patineur est noté de façon absolue, il n'y a pas vraiment de note maximale. En effet, plus le programme sera riche techniquement, plus la note technique sera élevée. D'autre part, lors de chaque compétition, le record de points obtenus par le patineur est rappelé, ce qui permet à celui-ci de suivre sa progression. Ce système de jugement est très détaillé, le patineur, comme le public ou les médias, doit pouvoir analyser sa prestation au regard des différentes notes. Chacun est ainsi en mesure de comprendre le classement des athlètes à l'issue d'une compétition.

L'anonymat des notations, déjà expérimenté, est reconduit dans ce nouveau système. Selon les défenseurs de ce projet, toute l'attention du public et des médias doit désormais se porter sur la performance du patineur grâce à cette notation ; le juge est ainsi protégé de toute pression... A moins que ce système, par sa complexité, à tout le moins par sa multitude de notes, ne favorise plutôt la dissimulation des éternelles magouilles du patinage artistique!

 

Anne-Claire,

Photos Michele Peltier.