Trois questions à
Norbert Tourne, président de la FFSG

 

(Juillet 2005)

Esprit Patinage : Brian vient à nouveau de changer d’entraîneur. Qu’en pensez-vous ?
Norbert Tourne  : Je n’ai pas à être d’accord ou pas d’accord. À partir du moment où Brian ne s’entendait plus trop avec Véronique Guyon et que les rapports de confiance entre les deux s’étaient cassés, ça ne pouvait pas durer. Il a donc cherché un nouvel entraîneur et a trouvé le russe Berezinstev. J’espère que le choix est judicieux. En fait Brian a surtout besoin d’un bon répétiteur et d’un coach lors des compétitions, parce que techniquement il tient la route.
En tout cas, au niveau de la fédération, on va tout faire pour revoir le plan financier qui va avec le plan technique, de façon à ce qu’il n’y ait pas de soucis d’organisation pour sa préparation olympique.

Esprit Patinage : Concernant la création de l’UAPF par D.Gailhaguet, comment recevez-vous « l’aide » qu’il entend vous apporter ?
Norbert Tourne : Pour l’instant je l’ai plutôt ressenti comme une petite déstabilisation. Ça ne m’empêche pas pour autant d’avoir des contacts avec Didier, en particulier pour B.Joubert. À l’assemblée générale, j’ai dit « autour de Brian, il faut faire l’union sacrée ». Didier a dit la même chose. Pour en revenir à l’UAPF : dire que c’est une aide, peut-être ? Dire que ce n’est pas une fédération en création, peut-être ? Mais en tout cas, quand on regarde les objectifs, ça ressemblerait plutôt à une fédération… C’est vrai, pour la dernière AG, il a envoyé une lettre avec quelques conseils dans plusieurs domaines.

Esprit Patinage :Vous semblez sceptique…
Norbert Tourne  : C’est-à-dire qu’il a commencé à nous « aider » en faisant déposer une motion de défiance à l’encontre du président au dernier conseil fédéral. S’il appelle cela de « l’aide », je crois que nous n’avons pas le même dictionnaire ! .

Esprit Patinage  : Quels sont les changements ou les grands projets de cette année pour la fédération ?
Norbert Tourne  : Sportivement parlant, c’est bien sûr les championnats d’Europe, les JO et les championnats du monde. Hormis ça, au printemps, il y aura la séparation du hockey sur glace. Le comité de pilotage y travaille de façon à ce que ça se fasse dans les meilleures conditions pour tout le monde, pour ceux qui partent comme pour ceux qui restent.
Sur le moyen et le long terme, notre grand objectif est le parc des patinoires. Entre celles qui ferment par vétusté parce qu’elles ont été mal entretenues, et celles qui flambent, il faut agir. Non seulement il faut en créer de nouvelles, mais il faut aussi empêcher que les actuelles ferment.
Enfin, on envisage très sérieusement de remettre sur pied une tournée de l’équipe de France après les JO. Les contrats qui pourraient lier les patineurs à la fédération sont préparés. Il reste à traiter au cas par cas avec les athlètes, selon leurs disponibilités.

Propos recueillis par Anne-Claire LETKI