Interview

Samuel CONTESTI

 

(Novembre 2004)

Esprit Patinage : Quelles sont tes impressions après avoir patiné à Bercy ?
Samuel Contesti : C’est impressionnant ; surtout que je n’avais jamais fait de compétitions de ce type car je n’étais pas sur le circuit junior, je n’avais pas le niveau à ce moment là. Patiner à Bercy me donne une optique de ce qui est réalisable dans l’avenir, et surtout ça me donne beaucoup d’envies… (rires)

Esprit Patinage : Comment évalues-tu ta performance ?
Samuel Contesti : Je suis assez content parce que je me suis bien battu. Mais c’est vrai qu’on reste toujours un peu en dedans de ce qu’on sait faire quand on a le trac. Là, j’étais un peu stressé, voire même beaucoup ! Je pense que je vais apprendre à gérer ça avec d’autres grands évènements.

Esprit Patinage : Concernant tes programmes, as-tu l’intention de les changer un peu, de les faire évoluer au cours de la saison ?
Samuel Contesti : Oui, surtout le programme technique qui est à revoir. Le long, lui, est bien monté, il passe très bien, donc il faut continuer ainsi. Mais de toute façon, tout au long de l’année, et chaque année, on modifie toujours les programmes pour essayer d’être le plus performant possible.

Esprit Patinage : Peux-tu me parler de tes entraînements ?
Samuel Contesti : Je m’entraîne à Annecy avec Didier Lucine depuis trois ans, mais je suis licencié au club de Gap, parce que j’y ai patiné pendant longtemps. J’ai choisi de quitter Gap afin d’essayer d’évoluer au plus haut niveau avec Didier. A côté du patinage, je poursuis mes études, je fais un DUT de génie mécanique et productique.

Esprit Patinage : Quels sont tes projets et tes ambitions dans le patinage, à court et long terme ?
Samuel Contesti : Pour la saison, mon prochain objectif est le championnat de France élite. Il faudra essayer de faire une bonne performance pour accrocher le podium. Ensuite, pourquoi pas arriver jusqu’aux championnats d’Europe et du monde ? Ce serait très bien… Je pense que maintenant il faut avancer dans cette optique là et ne plus regarder en arrière.
A l’avenir, mon but est d’aller au bout, d’aller au bout de moi-même. Grâce à ce Trophée Bompard, je me situe mieux dans le classement international ; avant je ne savais pas du tout comment me juger. C’est vrai que je suis en bas de classement ; on le voit sur ce Grand Prix, j’ai beaucoup de lacunes à combler, mais je vais travailler dur pour les combler. Après, on pourra peut-être envisager autre chose…

Esprit Patinage : Quels sont tes modèles dans le patinage ?
Samuel Contesti : Les patineurs qui m’ont marqué sont Kurt Browning et Victor Petrenko. J’aimais beaucoup ce dernier car il avait une vraie présence. Maintenant, il n’y a pas vraiment de personnes à qui j’aimerais ressembler. Je souhaiterais avoir un style personnel. D’ailleurs avoir son propre style est quelque chose qui a fonctionné, au regard des formidables carrières de Candeloro et Yagudin, qui ont tous deux innové dans la discipline masculine. Je pense qu’il ne faut pas forcément vouloir ressembler à quelqu’un. Evidemment, il y a beaucoup de gens qui me donnent envie de patiner. Je n’ai pas besoin d’aller bien loin, il suffit de regarder ici, mes concurrents du Bompard me donnent déjà beaucoup d’envies ! (rires)

Propos recueillis par Anne-Claire LETKI